Publié par : alfournet | 20 novembre 2008

LA PRISE EN CHARGE EN KINESITHERAPIE

 

Quand doit-on débuter les séances de rééducation ?
La prise en charge kinésithérapique se fait précocement sur prescription médicale.
La confiance dans le thérapeute est un élément important de bons résultats.

A quoi sert la prise en charge kinésithérapique ?
La kinésithérapie sert à :

diminuer les douleurs (massages, physiothérapie,  chaleur etc….)
garder un bon état orthopédique (mobilisation passive, active, apprentissage des bonnes positions etc..)
conserver un bon état musculaire (travail actif sans résistance, actif aidée etc ..)
garder une bonne capacité respiratoire

Important : cette prise en charge doit être constamment ajustée.
Le patient est seul apte à savoir où il a mal, quand il est fatigué. Il est plus intéressant de faire une pose de 5 mn quand la fatigue apparaît que de vouloir forcer.

Quelle est la fréquence des séances ?
La fréquence des séances est laissée à l’appréciation du kinésithérapeute qui vous a pris en charge.

Quelle est la durée d’une séance ?
Suivant la fatigabilité, le kinésithérapeute est habilité à évaluer la durée de la séance pour chaque patient.
Le traitement kinésithérapique ne doit être ni arrêté, ni abandonné même si on a l’impression de ne pas progresser.

Où doivent se faire les séances ? Au domicile ou au cabinet ?

-le kiné disposant souvent de plus de temps dans son cabinet, il est donc important de s’y déplacer le plus longtemps possible (c’est aussi une façon de garder une certaine autonomie)
-si un trouble respiratoire apparaît on peut le faire à domicile, car le nombre de séances peut augmenter (1 à 2 fois par jour).

La rééducation va t’elle apporter des améliorations ?

oui en ce qui concerne la douleur.
une bonne prise en charge orthopédique évitera l’augmentation des douleurs, la diminution des contractions musculaires et l’apparition de rétractions.

Les améliorations sont dues à une prise en charge pluridisciplinaire avec une adaptation de l’évolution de la maladie.

Quels types de techniques peuvent employer les kinésithérapeutes ?
Elles sont nombreuses et variées (massages, mobilisations, étirements etc…)
Elles s’adaptent à l’évolution de la maladie.
Elles tiennent compte de la douleur, de l’état des articulations, de l’état musculaire et de la capacité respiratoire.

Que peut-on faire comme traitement kinésithérapique sur la spasticité ?
La spasticité est une exagération du tonus musculaire.
Votre thérapeute emploiera des techniques douces et spécifiques (étirements, postures, chaleur etc..) et vous donnera des conseils d’installation et d’auto postures à effectuer en dehors des séances.

Il ne faut pas oublier que la spasticité est positive pour permettre de continuer les transferts et la verticalisation quand la motricité a fortement diminué.

Que faire en cas de douleurs ?

des massages antalgiques et décontracturants, la physiothérapie chaude
(cold pack)
le travail en piscine de rééducation (sans provoquer la fatigue)
les mobilisations.

Que faire en cas de troubles trophiques, comme les oedèmes des membres inférieurs (pied, cheville, …) et des membres supérieurs (main, poignet, …) ?
Il est souhaitable de surélever les parties oedematiées afin de provoquer un drainage naturel et (ou) pratiquer un massage circulatoire doux.

Peut-on récupérer la force musculaire perdue ?
Il n’est pas possible  de récupérer la force musculaire que ce soit  par un renforcement musculaire ou par toutes autres techniques.
Il est fortement déconseillé (voir interdit) d’effectuer un travail kinésithérapique contre résistance à l’aide de poids ou d’un système de poulie.

Est-il possible de récupérer la force musculaire à l’aide d’appareils électriques ?
Non, pas de récupération de la force musculaire par les appareils électriques.

Quels sont l es appareillages mis à ma disposition pour aider aux déplacements ?
Les aides se décident avec votre kinésithérapeute ou un ergothérapeute.
Elles se font en progression dans le temps et toujours en partenariat.
Voici quelques exemples :

cannes en T
cannes anglaises
attelles de releveur du pied
déambulateur avec ou sans roulettes
fauteuil roulant mécanique
fauteuil roulant électrique

NB : Cette rubrique sera détaillée dans les fiches concernant l’ergothérapie.

  En tant que patient, que puis-je faire tout seul ?
               – des auto-postures apprises avec le kinésithérapeute,
               – une marche quotidienne avec repos obligatoire après,
               – se verticaliser le plus souvent possible pour un entretien général (circulation, encombrement, proprioception…)
               – exercices respiratoires avec contrôle diaphragmatique appris avec le kinésithérapeute.

La famille où les proches peuvent participer aux changements de position si nécessaire.

Peut-on travailler en piscine ?
La piscine de rééducation n’est pas contre indiquée dans la mesure où l’on respecte l’apparition de la fatigue que l’on ne ressent pas toujours au début, étant donné que dans l’eau, les effets de l’apesanteur se font ressentir.

    Peut-on faire du vélo d’appartement ?
Oui, sans mettre aucune résistance, en roue libre et en arrêtant dès l’apparition d’une fatigue musculaire.

 

Dans tous les cas :

pas de renforcement musculaire
pas de travail contre résistance
pas de pouliethérapie
pas d’électrothérapie
pas de mobilisation douloureuse des articulations

La séance de kinésithérapie doit être douce, relaxante, pas fatigante, ludique et déstressante.
Les techniques sont multiples et laissées au choix du thérapeute ainsi que la fréquence et la durée.

REEDUCATION du VISAGE

   La méthode de Monique (copine du forum)

Ouvrir la bouche en grand
Tirée la langue
Bisous
Gonfler les joues
Passer la langue sur les lèvres
Pointe de la langue aux coins des lèvres
Lever la langue vers le nez puis baisser vers le menton
Manger la lèvre du haut puis du bas
Gonfler une joue puis l’autre
Manger les lèvres puis les mettre en cul de poule
Pointe de la langue dans les joues
Souffler sur une bougie pour l’éteindre
" " " " " la faire danser
Boire à la paille
Faire des bulles dans un récipient (paille )
Sourire étirée puis en cul de poule
Passer la langue sous les lèvres bouche fermée
Passer la pointe de la langue au bas des dents
Passer la langue sur le palais devant vers l’arrière
Tête vers le cou puis le plafond et faire pivoter
Mordre la langue
Déplacer la mâchoire de G à Droite
Rentrer les joues
Écarquiller les yeux
Ouvrir et fermer les yeux
Froncer les sourcils
Tristesse
Faire la lippe
Sourire de G à droite
Claquer la langue
T………..t ( interdiction )
Appel du chat
Clin d’œil
Souffler par la bouche,puis par le nez
Montrer les dents
Découvrir les dents du hauts
Langue sur la dernière molaire en haut G et Droite et en bas
Langue sur la lèvre du haut puis au bord des dents du haut puis derrière
ensuite au palais puis au font

 Clip clope clip clope
E/in é/in é/in
O/on o/on o/on

A/an a/an a/an
I/U i/u i/u
A/o a/o a/O

Ac oc ic ac oc ic ac oc ic
Tagada togodo tigidi etc…
Papier pompier etc…
Piano panier etc…

Et pour terminée

P T avec la bouche puis doucement en alternant
Et manger du chewing-gum pour travailler la mâchoire

Moi je fait tout d’un coup 10 fois chaque phrase,chacun fait comme il veut,peu
importe l’ordre

MONIQUE

 
 
 
 

Advertisements

Responses

  1. je vous félicite .je veux bien m’envoyer des nouveaux évolution sur la kiné et la rééducation réspiratoire


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :