Publié par : alfournet | 9 janvier 2010

Le talampanel

Jeudi 7 janvier 2010 – 12:05
 
Sclérose latérale amyotrophique:
 La benzodiazépine talampanel semble ralentir le déclin des patients
 
WASHINGTON, 7 janvier 2010 (APM) – Le talampanel (Teva), molécule de la famille des benzodiazépines qui a déjà montré une efficacité dans l’épilepsie, pourrait avoir un intérêt dans le traitement de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), suggère une étude de phase II parue dans la revue Amyotrophic Lateral Sclerosis montrant un effet sur l’évolution de la maladie.

Toutefois, cet effet n’atteint pas la significativité statistique. Les auteurs restent à ce stade prudents, estimant que leurs résultats sont en faveur de "la possibilité que le talampanel puisse être efficace" dans la SLA.

De nombreux travaux ont mis en évidence un rôle pour le glutamate dans l’excitotoxicité dans le système nerveux central et dans la pathogénèse de la SLA, rappellent Robert Pascuzzi de l’université d’Indianapolis et ses collègues.

Les niveaux de glutamate dans le liquide céphalorachidien sont élevés chez 40% des cas sporadiques; expérimentalement, un excès de glutamate conduit à la mort des motoneurones; dans un modèle murin de SLA, un antagoniste du récepteur AMPA du glutamate prolonge la survie des animaux; enfin, le riluzole (Rilutek*, Sanofi-Aventis), seul traitement de cette maladie, agit sur le glutamate, au niveau de sa libération.

Toutes ces informations suggéraient l’intérêt d’un antagoniste du récepteur AMPA et c’est le talampanel qui a été choisi pour une étude de phase II. L’étude a été conduite chez 59 patients, dont 40 ont reçu le médicament et 19 un placebo. Les patients pouvaient être traités par riluzole.

Le talampanel a été associé à une réduction de 30% de l’évolution de la maladie sur l’échelle ALSFRS (Amyotrophic Lateral Sclerosis Functional Rating Scale), dont le score était de de -7,1 avec le médicament contre -10,2 avec le placebo après neuf mois de traitement. Neuf des 10 items de cette échelle étaient modifiés par le talampanel.

Il y avait également une réduction de 15% du déclin de la force musculaire et une réduction du déclin des mouvements de la main.

Il n’y avait pas de différence significative entre le médicament et le placebo en termes de décès et d’arrêt du traitement.

Le médicament a globalement été bien toléré. Les effets secondaires étaient principalement des étourdissements et des somnolences. Les chercheurs estiment toutefois que "les patients pourraient ne pas tolérer des doses plus élevées".

Une étude de phase III est d’ores et déjà en cours, indiquent les auteurs.

Dans un communiqué, un des auteurs de l’étude Jeffrey Rothstein de la Johns Hopkins University à Baltimore reconnaît que les résultats sont modestes mais ils justifient de continuer à étudier cette molécule.

Il rappelle que le riluzole permet d’allonger "modestement" la durée de vie des patients, mais sans améliorer les symptômes. Le talampanel pourrait donc avoir un effet complémentaire et à défaut de guérison, l’objectif serait au moins de transformer la SLA en maladie chronique, espère-t-il.

 
Source:
 
fb/co/APM
redaction@apmnews.com
FBNA6004 07/01/2010 12:05 SNC
 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :