Publié par : alfournet | 15 janvier 2011

Un modèle de la maladie grâce aux cellules souches

Source : Fondation Thierry Latran, Publié le 13 janvier 2011 

 

ALS, MND, Amyotrophic Lateral Sclerosis, Motor Neurone Disease,  Research Project, Research, Project, Fondation Thierry Latran, Thierry  Latran, SLA, Maladie de Charcot, Lou Gehrig's Disease, MND, Motor neuron  disease« Modéliser la SLA avec des cellules souches pluripotentes dérivées de patients atteints de SLA », tel est l’intitulé du sixième projet de recherche financé par la Fondation Thierry Latran en 2010.

Ce projet est le fruit de la collaboration de plusieurs équipes de recherche spécialisées en génétique de la SLA, en biologie des cellules souches ou encore en criblage moléculaire. Il est coordonnée par Niels Geijsen de l’Institut Ubrecht basé à Utrecht aux Pays Bas.

Ce projet bénéficie d’une subvention de 60.000 € sur 3 ans.

Comme nous l’avons déjà vu, la communauté scientifique place de nombreux espoirs dans les applications des cellules souches pour mettre au point de nouvelles approches de traitement des maladies neurologiques et en particulier de la SLA.

Le projet coordonné par Niels Geijsen consiste, en mettant à profit les propriétés spécifiques des certains types de cellules souches – les cellules souches pluripotentes induites (iPSC) – à mettre au point des modèles expérimentaux in vitro qui permettront de modéliser la SLA à l’échelle cellulaire.

En effet les cellules souches pluripotentes induites ont la capacité de se différencier en tout type de cellules humaines, y compris en cellules du système nerveux. Comme les iPSC issues de patients portent les caractéristiques génétiques de la SLA, elles peuvent être différenciées en neurones et cellules gliales, qui présentent les anomalies de dégénérescence observées dans la maladie.

Les iPSC porteuses des prédispositions génétiques à la maladie seront préparées (ou plutôt « reprogrammées », voir l’illustration ci-dessous) à partir de cellules de la peau rassemblées dans une « banque » de cellules prélevées sur des patients atteints de SLA.

ALS, MND, Amyotrophic Lateral Sclerosis, Motor Neurone Disease,  Research Project, Research, Project, Fondation Thierry Latran, Thierry  Latran, SLA, Maladie de Charcot, Lou Gehrig's Disease, MND, Motor neuron  disease

La banque de cellules mise au point par les chercheurs néerlandais contient des lignes cellulaires de plus de 150 patients ayant des caractéristiques génétiques variées, ce qui va permettre de produire in vitro des quantités conséquentes de tissus nerveux « malade » représentatif de cette variété génétique.

Ce tissus nerveux « malade » permettra d’explorer précisément les multiples voies moléculaires qui aboutissent à la dégénérescence des neurones. Il pourra aussi être utilisé pour cribler des molécules qui agissent sur ces voies moléculaires, afin d’identifier des candidats médicaments dans la SLA.

ALS, MND, Amyotrophic Lateral Sclerosis, Motor Neurone Disease,  Research Project, Research, Project, Fondation Thierry Latran, Thierry  Latran, SLA, Maladie de Charcot, Lou Gehrig's Disease, MND, Motor neuron  disease « La sclérose latérale amyotrophique (SLA) et l’une des maladies les plus terribles en neurologie, et il n’existe actuellement aucun traitement. Chez les patients atteints de SLA, les motoneurones dans le cerveau meurent, conduisant à une inexorable paralysie fatale.
Parce que les motoneurones des patients atteints de SLA ne peuvent pas être étudiés en laboratoire, la découverte de nouvelles méthodes ou médicaments pour traiter la maladie a été très lente. Les nouvelles découvertes en biologie des cellules souches nous permettent désormais de générer des cellules souches à partir de cellules de peau de patients atteints de SLA. Ces cellules souches ont la capacité de recréer des motoneurones en laboratoire, nous permettant pour la 1
ère fois d’étudier la SLA humaine. Le but de notre projet est de générer des cellules souches dérivées de patients pour identifier de nouveaux biomarqueurs de diagnostic, rendant ainsi possible une détection plus précoce de la SLA. Notre objectif est également d’identifier de nouveaux médicaments susceptibles d’empêcher ou de retarder la dégénérescence des motoneurones chez les patients atteints de SLA.
La subvention accordée par la Fondation Thierry Latran nous donne un
financement essentiel au démarrage de ce projet et à l’acquisition des données préliminaires, avec lesquelles nous espérons pouvoir obtenir des financements complémentaires afin de mener ce projet sur le long terme. »

Niels Geijsen

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :