Publié par : alfournet | 25 avril 2011

Le grand départ !!

Bonjour,

Ce samedi  matin en gare de Surgères, nous avons mis nos Gazelles dans le train en partance pour Paris.
Nous étions une bonne poignée de Papillons à assister à ce départ, un moment fort, chargé d’émotion et d’amitié.

Nos cinq gazelles charentaises seront rejointes à Paris par Delphine .

Nous aurons des nouvelles de la course sur le site de la Sénégazelle ainsi que sur le site de Courir pour les Autres 17

http://www.senegazelle.fr…

http://www.courirpourlesautres17.com…

Article du journal sud-ouest du 23 avril 2011

http://www.sudouest.fr/2011/04/23/courir-contre-la-maladie-379052-4037.php

Biarritz

Courir contre la maladie

Aujourd’hui, Delphine Perotteau court au profit des personnes atteintes de la SLA.

Delphine Perotteau devant la Grande-Plage. PHOTO BERTRAND LAPÈGUE

Chef de cabinet du commandant de la Base navale de l’Adour, mère de trois enfants, la Biarrote Delphine Perotteau, 36 ans, est une sportive accomplie. Elle a commencé par pratiquer la natation, participant à la traversée de la baie de Saint-Jean-de-Luz et à divers triathlons, puis s’est tournée vers la course à pied. Elle prend part, régulièrement, aux Crêtes d’Espelette.

Ses qualités sportives, elle a décidé de les mettre au service d’une cause qui lui tient à cœur. Delphine Perotteau est la secrétaire d’une association intitulée Courir pour les autres 64 dont son compagnon, Cyril Prenez est le président. Le principal objectif de cette association est de mener des actions en faveur des personnes atteintes par la Sclérose latérale amorphique (SLA), plus connue sous le nom de maladie de Charcot. Une maladie neurodégénérative qui, une fois diagnostiquée, ne laisse généralement, à ceux qui en sont atteints, que trois à cinq ans de vie.

Delphine Perotteau est particulièrement sensible à cette maladie pour des raisons personnelles : son beau-père en est mort en 1996.

Alors, aujourd’hui et jusqu’au 1er mai, la Biarrote participera, au Sénégal, à une course à pied humanitaire réservée aux femmes, aux gazelles, comme on dit là-bas : la Sénégazelle. Au programme, 50 km à parcourir en cinq étapes, soit entre 8 à 12 km par jour dans la brousse ou la savane. (1) Lors de l’arrivée dans l’école de chaque village, chaque « gazelle » apportera un lot de fournitures scolaires.

Mais l’essentiel, pour Delphine Perotteau, c’est d’attirer l’attention sur la SLA, et de recueillir des fonds pour les malades et la fondation Thierry Latran, nom d’un banquier d’affaires qui souffre de cette maladie. Cette institution est le seul organisme qui œuvre pour coordonner et financer la recherche européenne dédiée exclusivement à la SLA, aujourd’hui incurable. La vente des kilomètres de course, et même d’entraînement, permettra de soutenir son action.

(1) L’équipe, baptisée le Team Papillons de Charcot, comptant cinq autres jeunes femmes, appartenant à une association similaire de Charente-Maritime, est parrainée par la Patrouille de France et le nageur Alain Bernard.

Autre article du journal sud-ouest du 23 avril 2011

http://www.sudouest.fr/2011/04/23/les-gazelles-partent-ce-matin-de-surgeres-379341-1391.php

Surgères

Les Gazelles partent ce matin de Surgères

Les six Gazelles en partance pour le Sénégal. De gauche à droite : Virginie Marchal, Valérie Panza, Roseline Bordes, Monique Bardon, Isabelle Cassegrain et Delphine Perroteau. Photo Armand Berthomé

Cinq adhérentes de Courir pour les Autres 17 et une du Pays Basque, membres de La Team Papillons de Charcot, partent, samedi matin à 11 heures, de la gare de Surgères pour la Sénégazelle. Une course de cinq jours (réservée aux filles) par étape du 23 avril au 1er mai au Sénégal. Une idée née du marathon des Sables en 2010 au cours duquel ces dames se sont rendues sur place pour accueillir à l’arrivée leurs époux, ou amis participants. « Nous avons vécu d’un point de vue humain, de partage, de solidarité, quelque chose d’énorme », confie Valérie Panza l’une des Gazelles. « Aussi, nous nous sommes dit que nous aimerions faire quelque chose de la sorte. Et puis, nous avons fait la Sarabande à La Rochelle et nous avons entendu parler de la Sénégalaise. C’était parti ! »

Course solidaireMembres de la Team Papillons, les filles étaient super-motivées. Hier, elles étaient à quelques heures du départ pour cette grande aventure au Sénégal. Une aventure sportive, mais aussi solidaire , elles courent sous les couleurs des Papillons de Charcot (association qui vient en aide aux malades atteints de la maladie de Charcot), et humanitaire. La Sénégazelle, c’est un grand moment d’échange. Mais qui dit rencontre, notamment avec les populations locales, ne peut pas se faire les mains vides, et c’est essentiellement en direction des enfants que l’action humanitaire est orientée. Chaque Gazelle part avec du matériel scolaire (cahiers, crayons, craies, règles) qu’elle remettra aux enfants des différentes écoles visités durant la course (une par étape). Une action concrète permettant aux enfants de travailler dans de meilleures conditions.

Hébergées à Foun Diougne, les Gazelles partiront chaque jour de ce lieu en direction d’un nouveau village où les enfants les attendront. Des rencontres empreintes de sourire et d’émotion. « C’est tout l’attrait de cette épreuve, la solidarité et l’humanitaire qui nous a aussitôt décidés », conclut Isabelle Cassegrain. Un classement de l’étape et général est établi chaque jour, et ce que les Gazelles ne disent pas, c’est que certaines espèrent bien monter sur le podium à l’arrivée. Ce serait l’apothéose !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :