Publié par : alfournet | 22 juin 2011

Le Defi de Pascal

Pascal c’est lancé un défi :

_ Pascal c’est lancé un défi: participé à un marathon en portant les couleurs des Papillons. Après de longs mois d’entraînement coaché par son ami Thierry,Le week-end dernier il a donc participé a son premier marathon.
Je vous invite à lire son récit qu’il a envoyé aux autres participants Team Papillons qui ont vécu avec lui cette course dans le marais Poitevin « Le Maraithon ».

Bonjour à tous,
J’ai volontairement laissé passer la journée d’hier et les témoignages de certains d’entre vous sur leurs exploits du we…
Vos initiatives persos m’incitent à mon tour à sortir de ma réserve et à vous narrer l’extrordinaire expérience vécue lors de mon 1er marathon…
L’histoire débute il y a 2 ans lorsque je témoigne en tant que partenaire du marathon de LR sur les raisons de notre partenariat. J’évoque en effet qu’il s’agit pour l’Imprimerie Rochelaise d’accompagner une manifestation sportive d’autour de valeurs humaines et a titre personnel de m’associer á l’exploit sportif le plus noble qui soit… et je termine mon propos en concluant que ce partenariat est pour moi un acte par procuration car je suis bien conscient que je ne le courrai vraisemblablement jamais…ce fichu marathon.
Et voila, quelques mois plus tard, allégé de 20kg, soutenu et coaché par trois personnes qui me sont chères et transcendé par la formidable amitiè solidaire des papillons, engagé dans ma 50eme année á me payer le luxe d’une participation au marathon de Lr. En effet quel plus beau cadeau d’anniversaire que de franchir pour un Rochelais pure souche les tours de sa rochelle après 42,195 km…
Mon coach Thierry me prépare physiquement depuis janvier, et après un semi de Lr avalè avec gournandise dans des conditions spèciales, retard au démarrage, me voici dans le marais poitevin entourés d’amis et de compagnon de fortune engagé sur mon 1er marathon pour la plus difficile compétition sportive de ma carriére.
Et la rien ne se passe comme prévu..,
Alors que je m’attendais á vivre le pire, la défaillance, la misère, la souffrance avec un grand S, dans une ambiance festive, entouré d’amis papillons, sans pression, ivre de bonheur de vivre l’instant présent, je m’envoie tranquillement les 42 bornes avec le sourire… Pas de crampes, pas de souffrance, pas de mur des 30… Mais diable que se passe-t-il? Pourquoi???
48h aprés quelques éléments de réponse peut-être. Tout d’abord Laurent et Natacha merci pour votre acceuil chez vous et merci à votre groupe d’amis de m’avoir si formidablement intégré des la veille au soir dans cette si douce atmosphére d’avant match. Merci á Arnaud partenaire « barbarian’s » d’un jour qui m’a mis dans le rythme des 10km/h, Arnaud le rugbyman et ses valeurs d’amitiè et de solidaritè mon meneur d’allure. Merci au groupe des papillons coureurs de m’avoir incité à poursuivre mon rythme seul alors qu’au 21 ème certains flèchissaient, je n’aurai jamais accepter de partir seul devant sans ce bon de sortie. Quel bonheur de retrouver mon coach thierry au 26eme kilo qui en Vtt m’accompagne et m’encourage juste ce qu’il faut. Quel plaisir ensuite de croiser les Pompom girls toutes vétues de jaune et noir, quel clin d’oeil pour moi le Stadiste, et enfin qu’elle arrivée…
En effet á 150 m de la ligne d’arrivée alors qu’on commence à penser à comment extèrioriser sa joie où juguler son émotion voilà Willy et les ballons roses qui vient à ma rencontre. Franchir la ligne au sprint dans ces conditions sous le regard de ma grand-mère dècèdèe de la SLA il y a plusieurs années, …grandiose et émouvant.
Mais le bouquet final c’est Isabelle la belle senegazelle qui accoure à ma rencontre et qui fond d’èmotion dans mes bras, à ma place…inconsolable et ivre debonheur pour moi. C’est a moi de pleurer et c’est ce sont mes larmes qui coulent de ses yeux!!! Bouche bée et chapeau bas!!! Fermez le ban…
Bref pour finir que du bonheur du bonheur, du bohneur
Merci à tous du fond du coeur et à toutes. Je n’oublierai jamais
Allez juste un dernier mot, tout ca c’est pour les papillons… et ma relative fierté n’a d’égal que le bonheur de défendre une si noble cause.

FIER d’ETRE DESORMAIS UN VRAI PAPILLON

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Après un échange d’e-mails Pascal m’écrit :

Alain mon ami,
Je suis très heureux de ton message…
Que dire ? Pas grand chose de plus mais ce qui suit est vrai. Durant la course J’ai pensé aux malades,  et je t’ai revu dans l’enceinte de deflandre a la mi-temps de Narbonne t’adresser au public… Je pensai devoir puiser dans des points d’ancrage pour surmonter la souffrance mais cette image de toi est venu a plusieurs reprises comme une ode positive à ma vie. J’ai été porté par quelque choses de très spécial je crois tout simplement le souffle des ailes des papillons.
Je t’embrasse et souhaite te revoir vite
Avec toute mon amitié
Pascal
Comment ne pas être ému devant ces mots, ému, mais fière d’avoir un tel ami.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :