Publié par : alfournet | 3 août 2011

Jean Paul Cougnaud n’est plus

Source :  Journal  SUD-OUEST

http://www.sudouest.fr/2011/08/03/jean-paul-cougnaud-n-est-plus-466172-1504.php

 Jean Paul Cougnaud était très connu dans le milieu cycliste.
photo armand berthomé

Jean Paul Cougnaud était très connu dans le milieu cycliste. photo armand berthomé

Jean Paul Cougnaud s’est éteint dimanche à l’âge de 64 ans. Très connu dans le milieu cycliste, Jean- Paul Cougnaud luttait contre une terrible maladie depuis plusieurs mois. Il n’a pu la vaincre. Jean Paul était né le 26 janvier 1947 à Saint- Germain-de-Marencennes. Après une scolarité dans son village, il apprend son métier de soudeur aux établissements Sassaro avant d’intégrer l’usine Alstom.

Jean Paul a eu son premier vélo à 14 ans (contre l’avis de ses parents). Très vite, il démontre de grandes qualités pour ce sport qu’il affectionne particulièrement. Inscrit au Sport Athlétique Rochefortais (SAR) section cycliste, il ne tarde pas à se distinguer en remportant de nombreuses courses dans toute la région. Après un service militaire au célèbre bataillon de Joinville (détaché à Vannes), il continue son ascension et accède à la première catégorie (plus haute catégorie amateur de l’époque).

Coureur courageuxIl participe à de grandes classiques telles que Paris-Vierzon, le Tour du Béarn, le Tour du Limousin et décroche une belle septième place au championnat de France. Il cotoie de grands noms du cyclisme comme Tranquard, Barjolin, Gaillot… au niveau régional, mais aussi des Cyril Guimard, Jacques Bossis, Bernard Bourreau, ou bien encore les frères Triou de pointure nationale. Il termine la compétition avec un beau palmarès.

Bien connu sur la place de Rochefort, il reste dans ce cyclisme qu’il affectionne et ouvre un magasin de cycles dont le parrain n’est autre que Jacques Bossis. Puis, il part en direction des Pyrénées où il poursuit la vente de cycles tout en «grimpant quelques bosses» lors des jours de repos. Son dernier grand périple était, en 2008, à 61 ans lorsque, avec trois autres cyclotouristes, il se lance pour le Tour de l’Espoir sous les couleurs des Papillons de Charcot (lutte contre la sclérose latérale amyotrophique). Il fera les 5000 kilomètres en cinq semaines (39 étapes). Déjà à cette époque, il se plaignait de difficultés respiratoires en montagne. La maladie couvait. Cette maladie qui aujourd’hui l’a emporté laissant seule son épouse Jacqueline et ses quatre enfants.

Ses obsèques auront lieu aujourd’hui, à 14 h 30, en l’église de Saint Germain avant son inhumation au cimetière de son village natal.

Armand Berthomé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :