Publié par : alfournet | 10 octobre 2011

Projets 2011 de la Fondation : des biomarqueurs pour comprendre l’évolution de la SLA

Source : Blog de la Fondation Thierry Latran

http://blog.fondation-thierrylatran.eu/2011/10/10/projets-2011-de-la-fondation-des-biomarqueurs-pour-comprendre-levolution-de-la-sla/

Le cinquième projet subventionné en 2011 par la Fondation Thierry Latran nous vient de l’Université d’Ulm en Allemagne, il est piloté par Markus Otto, professeur de neurologie et associe notamment une équipe de l’Institut Max-Planck de Göttingen.

L’objectif est de comprendre, au sein d’une large population de patients souffrant de SLA, les facteurs qui déterminent la survie et la progression dans la SLA.

Ce projet bénéficie d’un soutien de 180 000€ sur une période de 2 ans.

Un des mystères de la SLA réside dans la façon dont évolue la maladie : en fonction de facteurs qui restent encore mal connus, le temps de survie une fois la maladie déclarée peut être très variable, de quelques mois à plusieurs dizaines d’années. De même la vitesse de progression de la maladie varie également d’un sujet à un autre. Il y a un véritable enjeux pour les chercheurs de comprendre les facteurs qui vont déterminer la survie et la progression de la maladie, pour proposer aux malades une prise en charge la plus adaptée et la plus personnalisée possible.

Depuis plusieurs années, dans bien des domaines de la médecine, et dans les maladies neurodégénératives en particulier, les chercheurs tentent de mettre en évidence des biomarqueurs, c’est à dire des données mesurables de façon objective qui sont des indicateurs d’un processus biologique normal ou pathologique et/ou d’une réponse à un traitement.

En identifiant de tels indicateurs dans la SLA, on sera en mesure de suivre plus finement la façon dont les malades réagissent aux traitements, au cours des essais cliniques notamment.

Dans le projet du Pr Otto, c’est le LCR, ou liquide céphalo-rachidien, ce liquide qui baigne le cerveau et la moelle épinière, qui va faire l’objet d’investigations poussées pour découvrir ces fameux biomarqueurs. En pratique, les équipes vont passer systématiquement en revue les protéines contenues dans le LCR de malades présentant des profils d’évolution de la maladie différents, à savoir une progression lente ou rapide, le tout en comparaison avec des échantillons de LCR de personnes non malades.

Cette analyse des protéines, on parle de protéomique, servira à dresser des profils types de protéines dans les échantillons de LCR.

Grâce à des techniques d’analyse innovantes mis en oeuvre par les équipes rassemblées autour de ce projet, on pourra mettre en évidence la présence de protéines particulières selon les profils d’évolution de la maladie . Ces protéines devront ensuite être « validées« , c’est à dire que le lien entre leur présence dans le LCR et le type de maladie devra être retrouvé dans populations larges de malade.

Il faut noter que pour ce projet, les équipes du Pr Otto disposent d’une « banque » d’échantillons de LCR issus de 430 personnes atteintes par la SLA, dont les caractéristiques de la maladie ont été parfaitement notées. Un tel nombre d’échantillons permettra de valider ces biomarqueurs d’évolution avec une grande certitude, et ainsi de les rendre disponibles à l’ensemble de la communauté des chercheurs qui les utiliseront à leur tour dans leurs travaux fondamentaux et appliqués sur la maladie.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :